Rock : nom féminin

Rock : nom féminin – ISIS

Voilà ma toute nouvelle rubrique « Rock : Nom Féminin », pour laquelle j’ai décidé de donner de ma voix.
J’espère que cette nouvelle rubrique, ainsi que son format, vous plaira.
Je vous mets le texte juste en dessous, ainsi que la tracklist.

Dans son livre Respect, le rock au féminin, Steven Jezo-Vannier écrit : « la vaste mise en scène du rock impose une répartition des rôles où l’homme serait actif et la femme passive. Elle suppose également une frontière artistique entre la lumière des projecteurs, où brille le chanteur, et la périphérie où s’agitent ses admiratrices. L’industrie du disque cultive ces illusions, car tant que les jeunes garçons rêvent de devenir leurs idoles et les filles s’imaginent les séduire plutôt que de prendre leur place, les albums se vendent par millions.
Voilà l’image machiste et solidement ancrée contre laquelle les femmes doivent lutter dans leur conquête de la scène et des charts. Image caricaturale et partielle, car l’histoire et la légende du rock oublient un peu vite que les femmes ont toujours été présente, parfois même à l’origine des révolutions musicales. […] Il existe toute une histoire méconnue du rock, un rock au féminin, largement traitée dans l’indifférence par la réécriture masculine des faits »

Quand j’ai lu ces lignes, je me suis suis souvenue de mon malaise constant quand je feuilletais, adolescente, les magazines musicaux à la recherche de nouveaux groupes à découvrir. Sur le papier glacé, s’enchaînait les visages masculins et les odes à un rock viril et viriliste sentant la sueur et la testostérone. S’étalait devant mes yeux une histoire du rock écrite par des hommes, pour des hommes, qui m’excluait de fait.
Les femmes ont toujours été là, il suffit juste d’en parler.
Et c’est ce que j’ai décidé de faire avec cette chronique : rock : nom féminin.

Bienvenue sur Mouise Bourgeois Presents, aujourd’hui je vais vous parler d’Isis.

Formé en 1972 par Carol MacDonald (voix/guitare) et Ginger Bianco (batterie), Isis est un groupe entièrement féminin de horn rock, c’est à dire un groupe rock avec une section cuivre.

Toutes les deux ne sont pas des inconnues lorsqu’elles créent Isis. En effet, Carol MacDonald et Ginger Bianco sont toutes deux des anciennes membres de Goldie and the Gingerbread, qui a été actif de 1962 à 1967, et qui a été surtout le premier groupe de rock entièrement féminin a être signé par une major. Par Deca en 1963 puis par Atlantic en 1964.
Composé de quatre femmes blanches, Goldie, Margo Lewis, Ginger Bianco et Carol MacDonald, les Goldie possède un son qui évoque très nettement celui des all female band afro américains du début de la décennie, comme les Marvelettes par exemple.

C’est en grande partie grâce à ces ressemblances qu’elles séduisent le public britannique alors en pleine vague Mod.
Abréviation de Modernist, le mouvement Mod apparaît à Londres à la fin des années 50. Initialement, le terme désignait des jeunes urbains passionnés de musique noire américaine comme le jazz, le rhythm’n’blues et la soul, mais aussi par le le ska, le reggae et le rocksteady jamaïcain. Forte de toutes ces influences, une scène musicale britannique, se revendiquant du mouvement Mod, va émerger. Les groupes issus de cette scène seront les Who, Les Small Faces, Les Kinks, Les Stones ou encore Les Beatles.
Lorsque l’on parle de la scène pop anglaise des années 60, on fait toujours référence à ses influences Blues ou Rock venues du nouveau continent et on oublie souvent de citer les groupes féminins afro-américains.
Pourtant les Beatles ont fait beaucoup de reprises de ces groupes féminins justement, et un des premiers single des quatre garçons dans le vent était une reprise du tube des Shirelles Baby It’s you.

C’est dans ce contexte d’effervescence pop, que les Goldie font une tournée anglaise en 1964, partageant l’affiche avec les Beatles, les Yardbirds, les Kinks, les Animals et les Stones.
De retour à New-York, le groupe ne survit pas à ses dissensions internes et elles finissent par se séparer en 1967.

En 1972 donc, Carol MacDonald (voix/guitare) et Ginger Bianco (batterie) décident de se retrouver pour former le groupe Isis, du nom de la déesse égyptienne. Avec cette formation horn rock, MacDonald et Bianco s’éloignent du ton de leur précédente formation et proposent des titres mettant en scène des femmes libérées, comme dans April Fool

Après avoir acquis une solide réputation dans les clubs new-yorkais, le groupe signe en 1973 chez Buddah record et sort son premier album, sobrement intitulé Isis, en 1974. Il est produit par George Shadow Morton, qui a été le producteur, entre autre, des Shangris la’s (un autre female band très influent des sixties) et du groupe glam rock / proto punk, les New York Dolls.
A sa sortie, l’album reçoit de très bonnes critiques et Isis se voit même comparer à des groupes comme Earth, Wind & Fire et Jethro Tull. Pourtant l’album peine à se vendre. Cet échec commercial s’explique, en grande partie, par la présence sur l’album de la chanson She loves me , où Carol McDonalds revendique son homosexualité en chantant son amour pour une femme – ce qui n’avait pas été fait depuis les années 30 avec les grandes icônes du Blues, comme Ma Rainey ou Bessie Smith. Les paroles de She loves me ont provoquées de nombreuses critiques lesbophobes, ce qui a plombé les ventes de l’album.

Rejointe par Margo Lewis, une autre ancienne membre de Goldie and the Gingerbread, le groupe enregistre un second album en 1975 intitulé Ain’t No Backin’ Up Now, qui est produit à la Nouvelle Orléans par le grand Allen Toussaint (que vous avez pu notamment apercevoir jouer son propre rôle dans la série Treme de David Simon)

Cet album aux accents funk et soul est, lui aussi, un échec commercial. Le groupe fera un troisième et dernier album en 1977, intitulé Breaking Through, et se séparera.
Le groupe se reforme en 2001, le temps d’un concert et si l’idée d’un nouvel album est avancé, celui-ci ne vit, malheureusement, jamais le jour.

Carol McDonalds décède en mars 2007 et Ginger Bianco reçoit, en septembre de la même année,  un prix du centre d’archives LGBT de San Francisco pour tout son travail mené au sein d’Isis.

Tracklist :

Skinny Vinnie, Goldie and the Gingerbread (1962)
Playboy, The Marvelettes (1962)
Baby it’s you, The Shirelles (1961)
April Fool, Isis (1974)
She loves Me, Isis (1974)
Ain’t no backin’ up now, Isis (1975)
Wainting for the sonrise, Isis (1974)

Générique : My Generation, Patti Smith (1975)

Introduction : Soul Dressing, Booker T. & The Mg’s (1965)

Le livre de Steven Jezo-Vannier Respect, Le rock au féminin (édition Le mot et le reste, 2014), m’a non seulement beaucoup servi  pour écrire cette chronique mais m’a aussi donné envie de faire cette rubrique. Je vous conseille chaudement sa lecture !

Publicités

4 réflexions sur “Rock : nom féminin – ISIS

  1. Excellente chronique!
    La qualité sonore est bonne, le format idéal et le ton donné à la chronique est très juste. Des informations, de la musique, de la neutralité: 10/10

    PS: si je peux me permettre, veille à bien articuler les « x »

    Aimé par 1 personne

  2. Un minuscule commentaire, même pas une critique, je monterais un poil le niveau de ta voix, pour les vieux un peu sourds dans mon genre.
    Mais en vrai c’est super, merci !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s